Courir le marathon de New-York !

Jenny est une Anglaise qui vit dans le sud de la France depuis six ans. C’est une personne très sportive. Elle court, pratique le vélo et la natation. Elle s’entraine beaucoup. En plus, elle exerce la profession de traductrice à plein temps.

Elle s’est préparée à plusieurs reprises pour la course Marseille-Cassis et l’Ascension de la Sainte Victoire, une course à pieds très éprouvante.

Sainte-Victoire

Son implication et sa motivation sont totales, sa préparation est irréprochable. Pourtant, elle ne parvient jamais à prendre le départ.

Un accident de voiture, des angines, l’ont chaque fois empêchée de courir.

Sa prochaine course est celle  » de toute une vie  » : elle veut courir le marathon de New-York et elle s’entraine presque quotidiennement pour y parvenir.  Un peu plus de trois semaines avant de prendre l’avion pour New-York, elle ressent une vive douleur. Le verdict de la radio qu’elle passe est sans appel : son pied vient de subir une fracture de fatigue ; elle a trop forcé son entraînement.

Elle prend contact avec moi pour mettre à profit son repos forcé et surtout pour apaiser sa frustration. Ce fut l’occasion de 5 entretiens de coaching sur une très courte période.

Chaque séance, Jenny pleure de rage de ne pouvoir s’envoler pour New-York, d’avoir déjà payé le vol, l’hôtel et son inscription au marathon. Encore des heures et des heures d’entrainement gâchées…

 » Qu’est-ce qui ne marche pas Jenny ? » Et, Jenny Comprend ma question comme :  » Qui est-ce qui ne marche pas Jenny ? »

Spontanément, la réponse fuse :  » Mon père ! Mon Père a eu un AVC et, depuis, il ne peut plus marcher et je n’ai pas eu le temps d’aller le voir en Angleterre.  J’ai beaucoup de travail et je n’ai pas eu le droit de prendre de jour de congés pour me rendre à son chevet et, depuis son accident, il se déplace en fauteuil roulant… « 

Dans son modèle du Monde, Jenny s’autorisait tous les efforts, toutes les contraintes sans pouvoir vivre la consécration de ces entrainements. Elle s’interdisait (sans s’en rendre compte) la joie de prendre part à ces courses pour lesquelles elle s’était donnée tant de mal. Tellement de mal qu’il a fallu un accident de voiture, des maladies et une fracture pour entraver sa détermination !

Elle comprit alors en conscience que subir toutes les abnégations que nécessitent les entrainements et  de se priver plaisir ne permettrait pas à son père de remarcher.

Elle partit voir son père dans la semaine avant de rejoindre New-York… pour visiter la ville.

Sur place, 4 jours avant le Marathon, Jenny se sent dans une forme éblouissante, elle arpente chaque jours les rues avec beaucoup de plaisir et se surprend parfois à presque trottiner.

Le jour du Marathon, elle s’aligne sur la ligne de départ et finira exténuée, moulue et en larmes à … terminer la course !

Marathon NY

Ces séances ont démontré à jenny qu’il est indispensable d’identifier les obstacles (surtout les pièges qu’on se tend) et que les échecs successifs ont souvent la même cause (culpabilité, sabotage…) Cette spirale limitante peut s’arrêter et se changer en une vraie réussite ! Elle avait tout en elle pour ce succès, les entretiens de coaching lui ont permis de révéler ses talents et de les mettre au service de son objectif !

Alors ne vous privez pas : si vous avez un objectif et que vous reproduisez un schéma qui vous pénalise, si vous avez envie de réussir et des embûches se dressent sur votre route : Contactez-moi et nous en parlerons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *